Face à la crise sanitaire et économique, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne. Depuis le début de la pandémie, la fortune des milliardaires français a augmenté considérablement, passant de 249 milliards en 2020 à 420 milliards en 2021, alors que les entreprises de ces grands capitalistes recevaient des milliards d’euros d’argent public. Malgré cela ils veulent encore une fois nous faire payer la crise. Contre ce projet, nous avançons une série de mesures d’urgence visant à sauvegarder les emplois et à empêcher qu’une grande partie des travailleuses et travailleurs tombe dans la pauvreté, mais aussi à lutter contre les tentatives de division du camp des exploités et pour que ceux qui font tourner la société aient leur mot à dire sur la façon de l’organiser.

6 mesures d’urgence pour unir le monde du travail et faire payer la crise aux capitalistes !


Interdiction des licenciements et des suppressions d’emplois, y compris pour les CDD et intérimaires qui doivent avoir accès à un CDI.

Réduction du temps de travail sans réduction de salaire jusqu’à en finir avec le chômage.

Augmentation des salaires et des minimas sociaux : tout le monde doit pouvoir disposer d’un revenu décent, d’un montant minimum de 1800€ net.

Indexation des salaires sur l’inflation de façon à maintenir le pouvoir d’achat.


Nationalisation sous contrôle des travailleurs et des usagers de services essentiels comme l’énergie et les transports.

Expropriation des grands groupes industriels, financiers et banquiers sans indemnités ni rachat, réquisition des entreprises qui ferment, licencient ou ne respectent pas l’environnement, pour les reconvertir à des fins utiles et à des méthodes de production plus durables.

Création d’un monopole public bancaire destiné à soutenir l’activité économique des petits artisans, commerçants, agriculteurs.


Création de 100.000 lits d’hospitalisation, des embauches massives dans les hôpitaux et les Ehpad et des augmentations de salaire substantielles pour tout le personnel hospitalier.

Levée immédiate des brevets pour les vaccins contre la Covid-19, expropriation immédiate des grandes sociétés pharmaceutiques sous le contrôle de leurs salariés et de la population.


Égalité totale, politique et économique, entre hommes et femmes. En finir avec les discriminations et les violences envers les femmes et les personnes LGBTI.

Droit de vote pour les étrangères et étrangers, régularisation immédiate de toutes et tous les sans-papiers, liberté de circulation et d’installation pour tous les migrants et migrantes.


Abrogation de toutes les lois et mesures sécuritaires et liberticides.

Suppression de la Présidence de la République, qui octroie à une poignée, et en dernière instance à une seule personne, le droit de diriger le pays au service des grands capitalistes, ainsi que du Sénat, chambre réactionnaire et antidémocratique dont le seul rôle est de contrôler l’Assemblée Nationale.

Plafonnement du salaire des élus à la hauteur du salaire moyen, possibilité de révocation en cas de non-respect du mandat accordé par les électeurs.


Retrait immédiat des troupes impérialistes françaises de l’ensemble de l’Afrique et du Moyen-Orient, supression des bases militaires françaises à l’Etranger et annulation de la dette des pays pauvres envers la France.

Fin de la gestion répressive des quartiers populaires et des populations issues de l’immigration, justice et vérité pour les victimes de violences policières, dissolution de la BAC et de tous les corps spéciaux de la Police.

Annulation des traités européens, coopération entre les travailleuses et travailleurs et les peuples vers la construction d’une Europe socialiste et solidaire.